Lettre de soutien de la LCR

Publié le par Association des résidents Michelet-Bondy

Monsieur le Sous-Préfet,

Par ce courrier, je désire attirer votre attention sur la situation des 44 adultes et 21 enfants sans papiers qui habitent dans l'ancienne clinique Michelet à Bondy. Ils font partie des 150 résidents qui louent des anciennes chambres de malades à la société « SA des cliniques chirurgicales » dirigée par M.Joseph Mignen. Ils disposent, comme les autres locataires d'un bail écrit et paient un loyer allant de 350 à 750 euros pour de petites chambres, ainsi que le gaz et l'électricité.

Ces locataires ne sont pas responsables des agissements de M.Mignen qui a transformé une clinique en « résidence » locative sans disposer des autorisations nécessaires.

Ils ne sont pas responsables, non plus, des différents entre le maire de Bondy, M.Glibert Roger, qui a pris un arrêté de fermeture en 2005, et M.Mignen.

Simplement, comme beaucoup d'autres personnes, ils sont victimes de la pénurie de logements sociaux et des loyers au montant prohibitif dans le secteur privé.

Du fait de la demande de fermeture administrative et du jugement du tribunal prévu en octobre prochain, leur situation va se trouver fragilisée.


L'ensemble des résidents de la clinique Michelet soutient la demande de régularisation des locataires sans-papiers.

En tant que porte-parole de la Ligue communiste révolutionnaire, je soutiens cette exigence et vous demande de traiter de façon positive l'ensemble des dossiers qui vous ont été remis.

J'ajoute que mon inquiétude grandit alors que je constate que des refus ont été opposés suite à l'examen des premiers dossiers.

Il faut prendre en compte que les sans-papiers sont victimes de « marchands de sommeils » ou d'employeurs qui ne leur délivrent pas de contrat de travail et que cette situation doit être pris en compte dans l'examen des situations.

C'est pourquoi, je réitère ma demande d'une régularisation des 44 adultes et des 21 enfants qui habitent actuellement dans l'ancienne clinique Michelet.

Veuillez recevoir, Monsieur le sous-préfet, l'expression de ma sincère considération.

 

Olivier Besancenot
Porte-parole de la Ligue communiste révolutionnaire.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article